cldcultureardecheverteardeche verteardecheardecheardeche verte

Vous êtes ici : Accueil » LEADER » Participation des habitants » Le Conseil Local de Développement » Le CLD rencontre les Artisous

Le CLD rencontre les Artisous


Le CLD rencontre les Artisous

Retour sur l’évaluation par le Conseil Local de Développement d’un projet financé par le CDDRA

L’atelier de découpe et transformation de viande des Artisous existe depuis 2014. Le principe : des éleveurs réunis qui ont développé leur propre outil de transformation de la viande afin de récupérer un produit fini de qualité, commercialisé ensuite en vente directe ou dans des magasins de producteurs. Les avantages : moins d’intermédiaires, un traçage parfait qui permet d’améliorer la qualité des produits et de la flexibilité pour les éleveurs.

Le 18 mai 2016, le Conseil Local de Développement (CLD) de l’Ardèche verte, représenté par Jean-Claude Micoulet, Frédéric Dumas et Jean-Luc Michel, s’est déplacé pour une visite et un entretien avec l’un des co-gérant de l’atelier, Sébastien Mourier, afin d’évaluer ce projet, deux ans après son lancement. En 2014, l’atelier des Artisous a bénéficié de subventions publiques pour soutenir l’investissement, dont un financement régional du CDDRA (Contrat de Développement Durable Rhône-Alpes). Instance citoyenne rattachée au CDDRA, le Conseil Local de Développement s’est penché sur l’évaluation a posteriori de ce projet.


Ce site n'est plus mis à jour : rendez-vous sur https://leaderardecheverte.wordpress.com/

Des facteurs de réussite : un projet collectif qui répond aux besoins du territoire


Le CLD : réunir 10 exploitants agricoles (associés dans la structure) pour monter un projet commun n’a pas dû être évident. Quelles ont été les motivations premières en amont du projet ? Comment a-t-il émergé ?

Sébastien Mourier : L’émergence du projet a duré plusieurs années. Un premier groupe d’éleveurs s’était monté en 2006 mais n’a pas fonctionné. Un deuxième groupe s’est ensuite formé à partir de 2008 et la période de réflexion a duré de 2008 à 2014 avant de se concrétiser. L’animation à l’échelle territoriale de la Chambre d’Agriculture a été déterminante : le technicien de la Chambre a su identifié un besoin présent sur le territoire mais pas forcément exprimé clairement de la part des éleveurs. Il a réuni le groupe et a apporté une expertise technique au projet.

La motivation principale a été de disposer d’un outil qui réunit plusieurs avantages. L’atelier est bien localisé géographiquement : les éleveurs utilisateurs se situent dans un large périmètre qui s’étend jusqu’à Vienne, St Marcel-les-Annonay, St Félicien. Un autre atelier existe à Bourg-Argental, qui rayonne sur les exploitations agricoles du Nord d’Annonay, mais qui est un peu loin pour les éleveurs du Val d’Ay, de St Félicien… Un autre avantage de l’atelier est de proposer des produits « à la carte » : les éleveurs peuvent faire des demandes très variées sur le type de produits finis qu’ils souhaitent récupérer. Cela permet de la flexibilité et le développement de nouveaux produits.

Le CLD : Quel est le fonctionnement en collectif de l’atelier ?

SM : « Les Artisous » est une SARL. 10 exploitants agricoles se sont associés et ont apporté une part de capital au moment de la création de la société. D’autres, sans s’associer, ont apporté la garantie qu’ils seraient utilisateurs de l’atelier. Cela a permis de faire appel à l’emprunt bancaire, en parallèle des subventions publiques, pour le premier investissement. Enfin, d’autres éleveurs sont uniquement utilisateurs de l’atelier. En 2014, on avait prévu une trentaine de producteurs impliqués ; aujourd’hui en 2016, nous sommes 75 éleveurs utilisateurs. L’atelier répond donc bien à un besoin présent sur le territoire. De plus, il y a 4 co-gérants (3 associés sont co-gérants et l’un des salariés).


L’impact sur l’économie locale : emploi et viabilité des exploitations agricoles


Le CLD : l’une des réussites les plus flagrantes du projet est l’embauche de salariés. Combien de salariés a actuellement la structure, pensez-vous encore embaucher ?

SM : Le projet prévoyait à l’initial l’embauche d’un salarié. Avec l’augmentation des volumes de viande apportés, nous avons davantage embauché et il y a actuellement 4 salariés, dont 2 sont en CDI. 2 salariés sont des bouchers et nous envisageons aujourd’hui le recrutement d’un boucher charcutier qui nous apporterait de nouvelles compétences afin de développer le volet « produits finis cuisinés ». Paradoxalement, il n’est pas facile de trouver une personne qualifiée et souhaitant s’investir dans la structure.

Le CLD : le développement durable passe par le maintien des exploitations agricoles sur le territoire et par leur possible conversion en agriculture biologique, ou au moins l’adoption de nouvelles pratiques agricoles. Quel a été l’impact du projet des Artisous sur les exploitations ?

SM : L’atelier a apporté davantage de flexibilité aux éleveurs, ce qui facilite leur travail. De nouveaux produits ont pu être développés et commercialisés. Dans un contexte de crise agricole (particulièrement dans l’élevage bovin laitier et allaitant), certains éleveurs se tournent vers la vente directe et cherchent à mieux valoriser leurs produits, ils deviennent alors utilisateurs de l’atelier qui facilite la transition vers de nouvelles formes d’agriculture mieux intégrée au territoire.

Nous découpons et transformons tous types de viandes : bovin, ovin, caprin, porcin, volaille et chevalin. Une bonne synergie a été trouvée avec les éleveurs de volaille du secteur qui se sont appropriés l’outil après coup. La présence de l’atelier a pu conforter des installations de jeunes agriculteurs, qui l’intègrent désormais dans leur stratégie de production et de commercialisation, dans le sens d’une meilleure valorisation des produits au niveau local. Les exploitations utilisatrices sont toutes des exploitations familiales de petite ou moyenne taille.


L’effet levier du CDDRA


Le CLD : nous sommes ici en tant que représentants de la société civile impliqués dans le dispositif régional CDDRA. Ce dispositif a financé des projets de développement durable sur le territoire. Qu’a apporté le CDDRA à votre projet ?

SM : Le projet n’aurait pas pu se faire sans l’apport financier du CDDRA Ardèche verte (le volet agricole du CDDRA est le Projet Stratégique Agricole et de Développement Rural PSADER). Cela a permis de lever d’autres fonds publics (Département et prêt d’honneur d’Initiative Ardèche verte) et de solliciter les banques pour un emprunt. Le montage du dossier a été facilité par la présence d’une animatrice territoriale et les délais ont été respectés.

Aujourd’hui, nous avons un nouveau projet d’agrandissement, afin de faire face aux augmentations de volume. Nous sommes limités par la capacité du matériel et par la taille du bâtiment que nous comptons agrandir. Le travail des salariés pourrait être facilité et plus efficace avec du matériel mieux adapté aux volumes que nous traitons actuellement. De plus, nous réfléchissons au développement d’un produit « Artisous » à partir d’un unique cahier des charges, passer d’un outil de production mutualisé à une commercialisation mutualisée afin d’améliorer la visibilité des produits. L’investissement pourrait être financé par le FEADER (Fonds Européens Agricole pour le Développement Rural) et la partie « commercialisation » (étude et outils type site internet…) par le programme européen LEADER Ardèche verte.

Le projet des Artisous en 2014
Montant total du projet : 405 507 €
Subvention du CDDRA : 69 866 €
Subvention du Département de l’Ardèche : 39 700 €

Les Artisous dans la presse
En 2013 : http://www.hebdo-ardeche.fr/blog/2013/12/04/l%E2%80%99union-fait-la-force/
En 2014 : http://www.hebdo-ardeche.fr/blog/2014/09/08/les-artisous-decoupent-la-viande/

Sur le site de la Chambre d’agriculture :
http://rhone-alpes.synagri.com/portail/inauguration-de-l-atelier-les-artisous-a-quintenas-%2807%29
http://rhone-alpes.synagri.com/CDA07/portail/atelier-de-decoupe-transformation-les-artisous-a-quintenas

Pour télécharger en pdf : lien

Réalisé par le Syndicat Mixte Ardèche verte - mai 2016