cldcultureardecheverteardeche verteardecheardecheardeche verte

Vous êtes ici : Accueil » Economie - Emploi » Emploi - Formation » Un territoire en mutation

-

Un territoire en mutation


L'évolution très marquée de la structuration économique du territoire se caractérise par la diminution du poids de l'emploi industriel au profit du secteur tertiaire. La prise en compte de ces changements implique la conception d'une approche du développement économique d'avantage ouverte sur les filières vertes, l'économie sociale et solidaire, le tertiaire et le tourisme.


Ainsi, on observe localement une diminution du poids de l’industrie, comme ailleurs en Rhône Alpes : on passe ainsi de 50 % des salariés dans l’industrie en 2006 à 37 % en 2010. A contrario, le secteur tertiaire passe de 35 % des salariés à 39 % entre 2008 et 2010.
Ce mouvement s'explique notamment par la forte exposition de l'activité industrielle locale à la conjoncture économique nationale et internationale. Ainsi, le  poids du secteur de la fabrication de véhicules est particulièrement important sur notre territoire. Il est proportionnellement 12 fois plus important qu’à l’échelle régionale. Cela fragilise notre territoire dans ce contexte de crise. De plus, il convient de noter que les plus gros employeurs du territoire ont leurs centres de décision à l'extérieur du territoire.

Quelques chiffres :
  • pour le département de l’Ardèche, le taux de chômage est de 11,3 % au premier trimestre 2013.
  • le taux de chômage de longue durée a fortement augmenté depuis 2009. Dans le Nord Ardèche, 43,7 % des demandeurs d’emploi (juillet 2013) ont plus d’un an d’inscription au chômage.
  • la part des foyers fiscaux non-imposables (49 %) restent largement supérieure à la moyenne régionale (43 %).
  • la part des ouvriers est de 34 %, ce qui est très élevé par rapport à la moyenne de Rhône Alpes (24 %).
  • une augmentation du niveau de formation entre 1999 et 2006 de 9 % pour les personnes ayant le bac et bac+.

Chantiers prioritaires menés depuis 2006 : 
  • Mobiliser, organiser, animer et coordonner un collectif de veille économique et sociale, notamment le comité stratégique.
  • Renforcer l'accès à la formation des salariés et des demandeurs d'emploi.
  • Poursuivre le renforcement des outils dédiés aux créateurs-repreneurs (CREAFIL).
  • Maintenir et développer une offre d'insertion par l'activité économique.
  • Poursuivre le travail d'ingénierie sur la mobilité.

Avec la mise à plat de la démarche de concertation et son recentrage autour du Conseil Régional, de l’Etat, des partenaires sociaux et des élus du CDDRA, ces chantiers prioritaires pourront évoluer. De nouvelles actions pourront être menées en fonction des orientations qui seront choisies.